Partir de Porto vers Santiago présente bien des avantages : un chemin de 10-15 jours, praticable en toute saison, des auberges à intervalle régulier, un tracé facile, même pour des enfants ou des personnes peu habituées à la marche, l’accueil légendaire des portugais, leurs cafés et bons petits restaurants,…

Le départ de la cathédrale de Porto Quel chemin choisir ?

Deux chemins sont couramment empruntés au départ de Porto : le Caminho Português Central, plus ancien, et le Caminho Português pela Costa, de plus en plus fréquenté. Pas facile de choisir entre les deux, c’est pourquoi je les ai parcourus, avec leur variante du littoral, entre 2016 et 2019. Ces deux chemins se rejoignent à Valença do Minho, à la frontière avec l’Espagne.

Au départ, je snobais un peu le chemin de la côte, que je jugeais trop touristique et pas assez historique. J’ai toutefois revu mon avis car les choses sont plus subtiles qu’il n’y paraît…

Les chemins de Portio à l'Espagne

Vous voulez le chemin le plus court

Le Caminho Central est beaucoup plus direct (1 ou 2 étapes en moins) que le chemin de la côte (reportez-vous aux guides pour le nombre exact d’étapes et de kilomètres).

Vous aimez l’océan

Le Caminho de la Côte, ou plutôt le sentier du littoral, est magnifique. Attention malgré son nom, le Caminho pela Costa ne suit pas la côte au plus près mais passe par les villages… et donc longe fréquemment les petites routes alors que vous pourriez être sur des caillebotis de bois dans les dunes ! Pour cela, suivez votre carte, l’Ecovia (piste cyclable), ou encore la « Senda Litoral ».

Il fait caniculaire

La voie du Littoral est certainement plus fraîche en été que le Caminho Intérieur, même si vous pourrez vous abriter sous les feuilles de vigne qui recouvrent parfois le chemin dans la région du Minho. Pour la baignade toutefois, sachez que l’eau de l’Atlantique est froide en toute saison.

Vous recherchez des traces du pèlerinage historique

Sur le Caminho Central, vous mettez vos pas dans les pas de millions de pèlerins avant vous : villes historiques, chaussées romaines, légendes, ponts mythiques,… J’aime en particulier les étapes de Barcelos (le coq symbole de la ville a une légende similaire à celle de Santo Domingo de la Calzada, intimement liée à Saint Jacques) et de Ponte de Lima, avec son pont qui a vu défiler des pèlerins depuis le Moyen-Age.

Vous recherchez le calme en été

Fuyez la côte et plongez-vous dans les campagnes du Minho, sur le Caminho Central. Ou alors prenez des chemins encore moins fréquentés comme le Caminho Interior ou la variante au départ de Porto vers Braga.

Vous ne voulez pas de goudron

Aucun de ces tracés ne vous plaira car ils sont majoritairement pavés, soit de petits pavés typiquement portugais, soit couverts de bitume comme l’Ecovia et le Caminho da Costa (hormis les sections sur caillebotis). Vos chaussures verront très peu de chemins de terre et vous pouvez laisser vos grosses bottines au placard, à part en plein hiver pour vous protéger du vent et de la pluie.

Caminho en Porto Caminho da Costa

Vous voulez de belles rencontres

Même si c’est un peu « cliché », le chemin Central attirera des pèlerins en quête de calme, loin des foules qui fréquentent la côte. J’ai en mémoire des accueils exceptionnels comme celui de Fernanda et celui des bénévoles à l’Albergue de San Pedro de Rates. Mais il y a aussi de beaux accueils sur le Chemin de la Côte… et autant d’hébergements d’un côté que de l’autre.

Vous voulez la plus belle sortie de Porto

Ne suivez ni le Caminho Central (via Maia), ni le Caminho pela Costa (qui longe l’aéroport) car ces deux chemins vous font faire 15 kilomètres en ville ! A la cathédrale de Porto, descendez le long du Douro et suivez sa rive droite jusque l’océan, puis la côte en passant par Matosinhos. Certes, c’est plus long, mais c’est un chemin magnifique, qui contraste complètement avec les affreux tracés à travers la ville (je les ai testés tous les deux pour vous, ne vous infligez pas cette peine !).

Si c’était à refaire, je choisirais…

Si c’était à refaire, je pendrais un mix de tous ces chemins au Portugal.

Je quitterais Porto par le Douro vers Matosinhos,je longerais le littoral jusque Vila do Conde en deux étapes pour profiter à fond de l’océan. Je m’arrêterais pour méditer sur les rochers magiques du castro de Sao Paio entre Labruge et Vila Cha.

A Vila do Conde, je quitterais la côte pour prendre une variante dans les terres jusqu’au monastère de Sao Pedro de Rates. De là, je suivrais le Caminho Central vers Barcelos et Ponte de Lima. J’arriverais à Valença par la chaussée romaine. Et de là, je traverserais le pont sur le rio Minho vers Tui et la Galice.

En Galice, place aux variantes !

Comme je n’ai pas trop aimé les étapes entre Tui et Pontevedra, je chercherais peut-être une variante en longeant le Minho vers l’ouest de Tui vers San Miguel de Tabagon ou vers A Guarda, puis par la côte galicienne vers Vigo, quitte à rallonger fameusement le parcours.

De Pontevedra, je ferais peut-être encore un (gros) détour par la variante « spirituelle », qui amène les pèlerins en bateau (l’été) ou le long du Rio Ulla jusque Padron en évitant l’étape à Caldas de Rei. Compter un ou deux jours en plus pour cette variante.

Et de Padron, je donnerais tout pour la dernière étape (28 km) vers Santiago.

Ce chemin permet de ne manquer aucune des étapes que je trouve les plus intéressantes entre Porto et Santiago, à savoir les villes de Barcelos, Ponte de Lima, Valença, Tui, Pontevedra et Padron. Mais il batifole et ne tient absolument pas compte des contraintes de temps…

 

Informations détaillées sur les chemins de Porto à Santiago

Partagez cet article !
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur Facebook ou sur Twitter ou laissez-moi un commentaire !